Casque vélo obligatoire : « une fausse bonne idée »

Jef Van Damme (sp.a) : « Mettre la responsabilité sur les usagers faibles de la route pour la sécurité routière, c’est le monde à l’envers. »

Mercredi 25 avril 2018 — Le parti DéFI dépose aujourd'hui au Parlement bruxellois une proposition pour obliger les jeunes cyclistes à porter un casque. Jef Van Damme (sp.a) trouve que cette proposition est une mauvaise idée : « Nous devons enlever les barrières pour que les gens fassent du vélo à Bruxelles, plutôt que d’en ajouter. »

La proposition de résolution du député DéFI, Marc Loewenstein, veut instaurer l’obligation du port du casque vélo pour les enfants jusqu’à 14 ans. Le chef de groupe bruxellois pour le sp.a, Jef Van Damme, estime qu’il s’agit là d’un mauvais signal :

« Dans certains cas, un casque vélo peut être utile », déclare Jef Van Damme. « Mais obliger les enfants et les jeunes à porter un casque vélo est un mauvais signal. Cela accroîtra encore l’obstacle pour faire du vélo à Bruxelles, alors que c’est l’inverse dont nous avons besoin. C’est pour cette raison que les associations cyclistes sont également contre. »

Jef Van Damme est toutefois pour la promotion du port du casque vélo. Pour ceux qui ne se sentent pas en sécurité dans la circulation ou n’ont pas beaucoup d’expérience cycliste, un casque vélo peut être une bonne solution. Mais il faut plus pour accroître la sécurité routière. Jef Van Damme :

« Une meilleure sécurité routière pour les cyclistes nécessite d’autres mesures : sur les axes principaux, il faut que des pistes cyclables séparées voient le jour, comme prochainement le long de la Petite Ceinture ou sur l’avenue Franklin Roosevelt et le boulevard Général Jacques. Par ailleurs, les règles du code de la route doivent également être respectées, comme les limitations de vitesse, la conduite sous influence, les règles de priorité, l’interdiction du stationnement en double file, etc. Choses qui ne fonctionnent toujours pas à Bruxelles. Mettre la responsabilité sur les usagers faibles de la route pour la sécurité routière, c’est le monde à l’envers. »