Fouad Ahidar exige la reconnaissance de l’état palestinien

Vendredi 25 mai 2018 — Alors que le Parlement bruxellois s’apprête à débattre de la proposition de résolution relative à la violation des droits de l’homme et du droit international à Gaza et en Cisjordanie, le député sp.a Fouad Ahidar cosigne cette résolution mais déplore le manque de réactivité du fédéral.

Dans une résolution déposée par la majorité et supportée par les partis écologistes, les signataires demande au gouvernement fédéral d’exiger de l’Etat d’Israël le respect du droit international, la levée du blocus sur Gaza, la cessation de l’occupation illégale des territoires palestiniens et de conditionner la poursuite des missions économiques bruxelloises en Israël. 

 Fouad Ahidar explique : « Nous sommes conscients que le Parlement bruxellois n’est pas directement compétent pour cette question. Mais nous voulons envoyer un message fort au gouvernement fédéral pour lui demander de prendre ses responsabilités face à ces massacres qui durent depuis des décennies. C’est aussi un moyen pour l’ensemble des signataires de cette résolution de condamner ces agissements au nom de leur parti politique mais aussi au nom de tous les citoyens qu’ils représentent ».

Fouad Ahidar regrette également que la question palestinienne ne resurgisse que lorsque l’on connait des vagues de morts. Depuis, le 30 mars 2018, de nombreuses manifestations pacifiques ont eu lieu à la frontière entre Gaza et Israël causant plus de cent morts palestiniens dont de nombreux enfants. Il rappelle cependant que le blocus sur Gaza dure depuis 10 ans et il déplore que la cause palestinienne ne revienne sur le tapis politique et médiatique qu’une fois qu’il y a des pertes de vie importantes.   

« Depuis le début du blocus, il y a des milliers de morts du côté palestinien. Sans parler des conditions de vie insoutenables dans la bande de Gaza et de l’urgence sanitaire sur lesquels ne cessent d’alerter les associations sur place. Aujourd’hui, nous ne changerons pas les choses à coup de résolutions. L’Etat d’Israël n’a cessé d’être condamné pour ses occupations illégales, ses crimes de guerre et ses pratiques inhumaines. Et pourtant rien n’a changé. Aujourd’hui, l’heure est aux actes car ce peuple souffre depuis 70 ans. La première solution serait que tous les pays européens, dont la Belgique, reconnaissent enfin l’Etat de Palestine. Cela a d’ailleurs également été déposé par mon collègue au fédéral Dirk Van der Maelen. C’est une priorité pour pouvoir enfin leur donner du poids auprès de Cour pénale internationale ».