Grâce aux portiques, la STIB gagne chaque année 9 millions d’euros en plus

Lundi 21 décembre 2015 — Il ressort d'une question écrite de Jef Van Damme (sp.a) au Ministre de la Mobilité, Pascal Smet (sp.a) que les portiques d'accès dans le métro génèrent chaque année plus de 9 millions d’euros de recettes supplémentaires. 

Selon la STIB, 8,75 millions d’euros de recettes supplémentaires viennent s'ajouter chaque année depuis l'installation des portiques d'accès. Il s'agit d'une estimation minimale vu que l'on ne tient compte que de la vente supplémentaire de titres de transports dans les stations équipées de portiques. De nombreux voyageurs achètent d'abord un ticket lorsqu'ils voient un portique et passeront peut-être ultérieurement à un abonnement. Il n'a pas été tenu compte de la vente supplémentaire d'abonnements. On compte finalement sur un retour sur investissement de 8 à 9 ans. 

En outre, on enregistre également moins de cas de vandalisme et d'agressions dans les stations. En 2014, la STIB a réalisé une étude à propos de l'évolution du nombre d'incidents dans les stations avec et sans portiques. Il ressort de cette étude qu'il y a moins d'incidents d'agression verbale et physique dans les stations équipées de portiques.

« En tant que parti, nous nous sommes toujours battus pour des transports publics abordables et attrayants. Mais ceci n'est possible que si chaque voyageur apporte sa pierre à l'édifice. Il faut en outre une approche ferme contre la fraude. C'est un acte social, car cela permet à notre ministre Pascal Smet de geler les prix pour l'année prochaine et même de diminuer le prix des abonnements scolaires en 2016 »,  déclare Jef Van Damme.

Le député a toutefois ses réserves concernant la réponse de la STIB à propos du phénomène des personnes qui se faufilent à travers les portiques. Actuellement, la société de transports teste un réglage répressif du logiciel qui entraîne une fermeture plus rapide des portiques et limite la distance de sécurité.

« Je vois de nombreuses personnes et surtout des enfants qui prennent peur lorsqu'ils doivent passer au travers des portiques qui s'ouvrent brusquement. Je préférerais donc voir davantage de contrôleurs dans les stations. Cela s'inscrit également mieux dans notre vision d'une société chaleureuse et humaine. Peut-être, la STIB pourrait-elle utiliser les revenus générés par la vente de tickets supplémentaires à cet effet », ajoute Jef Van Damme. 

Jef Vandamme Président du groupe politique sp.a au parlement bruxellois at sp.a fractie BHG – RVG