Invitation à la presse : Equal Pay Day, 11 mars 2016 : #InHerShoes

Jeudi 10 mars 2016 — En moyenne, les femmes gagnent 20 % de moins que les hommes en Belgique. C'est pourquoi, l'Equal Pay Day tombe le 13 mars cette année. À la base de l'initiative de cette journée pour un salaire égal H/F, le mouvement féministe progressiste zij-kant et la FGTB, qui mènent une action à Bruxelles le vendredi 11 mars avec une construction impressionnante. Des chaussures pour dames rouges montrent le chemin vers l'equal pay sur les marches de la Bourse. Sous la devise #InHerShoes, la FGTB et zij-kant appellent tout le monde à se mettre à la place des femmes le temps d'une journée et à parcourir le parcours de l'equal pay.

Vous êtes cordialement invité(e) à cette journée d'action #InHerShoes le vendredi 11 mars 2016.

  • Bourse (place de la Bourse, 1000 Bruxelles)
  • de 11h00 à 14h00
  • Conférence de presse à 11h00 en présence d'Inga Verhaert (présidente de zij-kant), Rudy De Leeuw (président de la FGTB) et Vera Claes (secrétaire nationale de zij-kant). 

Chiffres les plus récents
Selon les chiffres les plus récents, qui n'ont pas encore été publiés auparavant sur les salaires en Belgique (2013), les femmes gagnent par mois encore toujours 20 % de moins que les hommes (salaire mensuel brut moyen dans le secteur privé). C'est pourquoi zij-kant et la FGTB organisent chaque année l'Equal Pay Day. Cette journée de l'équité salariale tombe le 13 mars cette année : cela signifie donc que pour gagner le même salaire annuel que les hommes, les femmes doivent travailler un cinquième de plus, soit 2 mois et 13 jours.

Les jeunes femmes gagnent plus
L'écart salarial est aussi important que l'an dernier. Heureusement, il y a aussi des bonnes nouvelles : les femmes rattrapent progressivement les hommes sur l'échelle salariale. Chez les jeunes travailleurs, il existe même un écart salarial négatif pour les isolés sans enfant, au profit des femmes. Cela prouve que plus de dix ans de campagnes Equal Pay Day ont prouvé leur utilité. 

Le travail à temps partiel n'est pas neutre au niveau du genre
Mais dès qu'il y a un conjoint et des enfants en jeu, les femmes lèvent souvent le pied. En 2014, 41 % des femmes dans le secteur privé travaillaient à temps partiel, contre 9 % des hommes. La combinaison entre le travail et la vie privée est la raison la plus souvent donnée par les femmes travaillant à temps partiel. Cette répartition inégale des tâches familiales et ménagères a un gros impact sur les salaires. C'est ce qui ressort clairement lors qu'on élimine le facteur du travail à temps partiel et que l'on regarde uniquement les salaires horaires brut des salariés à temps plein : l'écart salarial s'est réduit de 15 % en 2001 à, à peine, 5 % en 2013.

#InHerShoes
Le 11 mars, la FGTB et zij-kant organisent une journée d'action sous la devise #InHerShoes. Des centaines de chaussures pour dames rouges couvriront les marches de la Bourse de Bruxelles. Un spectacle impressionnant, avec un volet interactif : le piétonnier devant la Bourse sera en effet transformé en un parcours d'obstacles à franchir en talons, symbole pour la voie vers une equal pay. Pour une fois, les femmes pourront suivre le parcours facile des hommes. Les hommes, quant à eux, devront louvoyer entre les nombreux obstacles : grossesse, soins pour les enfants, accueil insuffisant...

D'autres actions auront lieu au même moment en Flandre et en Wallonie, pour plus d'infos :  www.equalpayday.be/acties

Visionnez ici le spot web de la campagne Equal Pay Day.