La part de Bruxellois augmente dans les pouvoirs publics bruxellois

Mercredi 12 octobre 2016 — La députée bruxelloise Hannelore Goeman (sp.a) a demandé les chiffres relatifs au domicile des fonctionnaires bruxellois. Il en ressort qu'un peu plus de la moitié (54,5 %) habite à Bruxelles. Mais il y a du progrès, de tous les nouveaux recrutements en 2015, il ressort que 67,3 % habitent à Bruxelles. 

Aujourd'hui, 9623 fonctionnaires régionaux, soit 54,4 % habitent dans la Région bruxelloise. Selon les chiffres, cette part est restée relativement stable au cours des 20 dernières années. Le présent Gouvernement bruxellois s'est engagé dans l'accord gouvernemental à augmenter de 10 points de pourcentage le nombre de Bruxellois dans l'administration régionale par rapport à 2013. Les résultats pour les recrutements en 2015 sont encourageants. Au cours de cette année, 1663 fonctionnaires ont été engagés toutes administrations et agences confondues, dont 67,3 % (soit 1119) habitent à Bruxelles. Ce sont surtout la STIB (521), Bruxelles Propreté (166) et Actiris (149) qui ont recruté beaucoup de Bruxellois au cours de l'année dernière. La députée bruxelloise Hannelore Goeman (sp.a) est satisfaite de cette évolution :

« Cela évolue dans la bonne direction. Nous estimons qu'une administration doit refléter au maximum sa population. Les habitants comprennent mieux que quiconque les besoins de leur propre ville. Par ailleurs, ils ont un intérêt direct à la prospérité de Bruxelles. Je sais, par ma propre expérience, à quel point c'est motivant de s'engager pour la ville où on habite », déclare Hannelore Goeman. 

Le sp.a est également satisfait du fait que de nombreux jeunes aient été recrutés. 54 % des nouveaux recrutés à Bruxelles ont moins de 30 ans. Ce qui est frappant également, c'est le nombre élevé de personnes peu ou moyennement qualifiées, 72 % disposent au maximum d'un diplôme de l'enseignement secondaire. Ceci est principalement dû aux nombreux recrutements dans les agences exécutives comme Bruxelles Propreté, la STIB et la nouvelle Agence du stationnement.

« La lutte contre le chômage est l'un des principaux défis à Bruxelles, surtout chez les jeunes et les gens peu qualifiés. Je suis heureuse que la Région y contribue via sa propre politique de personnel. Les pouvoirs publics montrent le bon exemple. Il s'agit surtout d'emplois directement axés sur le service à la population », ajoute Hannelore Goeman.

Les chiffres demandés par Hannelore Goeman figurent en annexe.