Plan Logement: agissons d'urgence

Fouad Ahidar (sp.a) doute que l'on réalise suffisamment de progrès

Jeudi 1 décembre 2016 — Le logement est, après le chômage, le principal problème des ménages bruxellois. Fouad Ahidar, député bruxellois pour le sp.a et président de la Commission Logement au Parlement bruxellois : « Après avoir lu le nouveau budget, il est difficile de savoir si le nombre de 6.500 nouveaux logements sociaux sera véritablement atteint. Difficile de savoir aussi si d'autres mesures  comme l'allocation-loyer ou l'encadrement du prix des loyers verront le jour. »

La Commission Logement, dont Fouad Ahidar (sp.a) est le président, se penche sur le budget 2017 ces jours-ci. En 2017, la Région bruxelloise allouera des moyens supplémentaires pour le logement. Mais l'argent uniquement ne suffira toutefois pas pour tenir ses promesses. Il y a aussi d'autres conditions préalables et un changement s'impose également dans les esprits. Le sp.a appelle le Ministre du Logement à concrétiser certaines mesures non budgétaires comme la simplification des procédures et des autorisations et l'élimination de la réticence de certaines communes d'autoriser des immeubles de logements sociaux sur leur territoire. 

Fouad Ahidar : « Dans le sud et le sud-est de Bruxelles, le nombre de logements sociaux est quasi inexistant. C'est un problème. Entre-temps, 40.000 personnes figurent sur la liste d'attente pour une habitation sociale. »

Construire des habitations sociales n'est pas suffisant. Pour le sp.a, il faut introduire une allocation-loyer, tout comme l'encadrement du prix des loyers. La lutte contre les bâtiments inoccupés doit être une priorité absolue pour le parti. 

Fouad Ahidar : « L'allocation-loyer n'a toujours pas été instaurée. On ne parvient pas non plus à finaliser l'encadrement du prix des loyers. Pourtant, la situation est grave. Le prix des loyers dans la Région de Bruxelles-Capitale augmente plus rapidement que les revenus. Sur six ans, le loyer moyen à Bruxelles a augmenté de près de neuf pour cent. »

En ce qui concerne les bâtiments inoccupés, les chiffres sont dramatiques. Cela fait près de 20 ans qu'il y a de 15.000 à 30.000 habitations inoccupées à Bruxelles sur un total de quelque 550.000 logements. « La semaine dernière, j'ai encore reçu un e-mail d'un project designer privé à la recherche d'immeubles inoccupés », déclare Fouad Ahidar. « Il veut leur donner une nouvelle affectation. Il m'a demandé si les données sur mon site Internet leegstandbrussel.be étaient à jour. Malheureusement, c'est effectivement le cas. Ce site date de 2011 ». Trop de logements sociaux sont également inoccupés. En 2015, 3.113 logements sociaux sur un total de 39.250 étaient vides, soit environ 8 pour cent.

Fouad Ahidar : « Ce qui me dérange, c'est que peu de progrès sont enregistrés et qu'il ne ressort pas de ce budget que nous allons progresser sur la problématique du logement. Il est grand temps que nous réfléchissions à une autre manière et que nous regardions d'abord ce dont les Bruxellois ont besoin. Ce n'est que s'il y a une véritable volonté politique que nous résoudrons les problèmes sur le marché du logement. Tout le monde doit se loger, et la façon dont vous vous logez a également un impact sur les autres dimensions de votre vie. C'est précisément pour cela que cela doit mériter toute notre attention. »

Fouad Ahidar
Fouad Ahidar

député bruxellois

sp.a fractie BHG – RVG