Plus de droit d'entrée pour solliciter auprès des communes et des CPAS

« Poser sa candidature est gratuit, du moins cela devrait l'être. », Elke Roex (sp.a) et Amet Gjanaj (PS)

Lundi 29 février 2016 — La commission de l'Intérieur du Parlement bruxellois traite aujourd'hui une proposition de loi d'Elke Roex (sp.a) et d'Amet Gnajaj (PS) à propos de l'interdiction d'imputer des frais aux personnes qui souhaitent poser leur candidature auprès des pouvoirs publics locaux et des CPAS. 

Actuellement, il y a deux CPAS, celui d'Etterbeek et celui de Uccle, qui font payer les candidats. Dans certains cas, comme pour les profils peu qualifiés, ces communes demandent de 5 à 15 euros par candidature.  Pour Elke Roex et Amet Gjanaj, il s'agit d'une pratique très déloyale.

Un demandeur d'emploi motivé envoie vite vingt courriers de candidature par mois. Si chaque employeur demande 10 euros, on arrive vite à 200 euros par mois. Ce qui n'est pas évident pour une personne qui n'a pas de revenus et recherche un emploi. », déclare Elke Roex.

Cette interdiction existe déjà depuis un certain temps dans le secteur privé. Tant les employeurs que les travailleurs comprennent que demander de l'argent pour pouvoir poser sa candidature n'est pas vraiment propice pour pourvoir à des fonctions vacantes. Roex et Gjana estiment que les services publics doivent suivre cet exemple.

« Les pouvoirs publics ont un rôle d'exemple, mais n'en font en tout cas pas preuve à Uccle et Etterbeek. C'est contre-productif voire impitoyable d'imposer encore davantage les groupes les plus vulnérables. Ils n'ont vraiment pas besoin de seuils supplémentaires pour accéder au marché du travail, bien au contraire », ajoute Amet Gjanaj.

Elke Roex

parlementair bruxellois

sp.a fractie BHG – RVG